17 - Quelques élements de reflexion sur le modèle CIE-XYZ

De fait, on nous propose un système qui fonctionne avec deux primaires constamment éteintes.




La littérature qui commente le modèle CIE-XYZ met souvent en évidence le caractère virtuel des trois primaires comme étant l'aspect le plus marquant. Mais ce n'est que le résultat d'une extrapolation dimensionnelle. En fait c'est dans l'espace initial CIE-RGB qu'on rencontre les choix les plus captivants dans la construction de ce modèle en y incorporant une notion de photométrie sous la forme d'un plan de luminance nulle sur lequel on décide d'y placer deux des futurs primaires X et Z. Deux des primaires sont considérées comme ayant des ondes électromagnétiques hors de la zone visible.

Rappelons les équations qui lient le système RGB et le système XYZ :



Nous avons vu aussi que les coefficients de luminosité qui relient le système RGB à la fonction  d'efficacité lumineuse relative V(λ) ont un rapport de 1,0  :  4,5907  :  0,0601 :




Dans le modèle CIE-XYZ, la courbe du specrtum locus est calculée selon l'équation (2), pondérée par les coefficients de luminosité. Si on prend en exemple la primaire X telle que X = 1, nous aurons une luminance issue de V(λ) égale à zéro :

X  =  +2,36461 • 1,0000 R
         −0,51517 • 4,5907 G
         +0,00520 • 0,0601 B

X  =  +2,36461 R − 2,36499 G + 0,00031



Idem pour les primaires Y et Z.




S'il ne fallait retenir qu'une chose de l'étude du système CIE-1931, c'est la fonction :



Fonction qui résume parfaitement que la luminosité a été défini dans le système CIE-RGB par l'introduction de la fonction V(λ).




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire